Accueil Kreyol Factory
Accueil > L'expo > Les artistes

LECTEUR AUDIO

ALL |0-9 |A |B |C |D |E |F |G |H |I |J |K |L |M |N |O |P |Q |R |S |T |U |V |W |X |Y |Z

 

Results 46 - 50 of 59
46. Pinas Marcel

Marcel Pinas est né en 1971 au Surinam où il vit et travaille. Par son travail et sa démarche plastique, il souhaite s’engager pour la défense et la protection de la culture ndjuka (communauté marron du Surinam), à laquelle il appartient. Il écrit : «Je pense qu’il est très important de conserver la culture à travers l’art en utilisant des signes, des objets, des symboles utilisés par les populations marrons.»


47. Pineda Jorge

Jorge Pineda est né en 1961 en République Dominicaine. Utilisant le dessin, la peinture ou la gravure, il réalise également de nombreuses installations. L’enfance et l’innocence que nous conservons en tant qu’adulte est un de ses thèmes de prédilection. Il déclare : « Dans mon travail, je m’intéresse à la condition sociale de l’individu comme vecteur constructeur de sa condition émotionnelle. Je veux souligner cette réalité, réveiller le spectateur… »


48. Prince Jeanjo

Né en 1948, Prince Jeanjo - aussi appelé Jean José Lafontant - est décédé prématurément en 1996. Autodidacte, il travaillait la peinture et le graffiti, mais aussi des pièces tridimensionnelles en utilisant des matériaux de récupération. Homosexuel militant, il fut une figure emblématique et controversée en Haïti.

 


49. Ramirez Belkis

Née en 1957, Belkis Ramirez vit et travaille à Saint-Domingue (République Dominicaine). Partant de la pratique de la gravure sur bois, Belkis Ramirez réalise peu à peu que ses matrices gravées constituent des œuvres en soi. Elle développe alors un langage plastique où elle mêle ces bois gravés à des éléments naturels, des objets du quotidien dans des installations. La situation de la femme dominicaine, latino-américaine et les questions environnementales, sont ses thèmes de prédilection.


50. Robèr André

Né en 1955 à La Réunion, il vit et travaille en France. Peintre, sculpteur, poète et éditeur, André Robèr se définit comme artiste anarchiste. Ses œuvres témoignent des violences humaines et d’une volonté de résistance.
Défenseur de la langue créole, il entend lui donner place, notamment dans sa poésie visuelle. Exhibant les couleurs noire et rouge, symboliquement agissantes pour l’artiste, ces fonnkèr pou lo zié, aux textes étirés, compactés, répondent aux propos d’André Robèr : « Je suis un militant du créole réunionnais… ; en même temps, je veux lui donner une dimension esthétique. L’écrit abandonne sa fonction littéraire et acquiert une fonction plastique ».


  
 

PARC DE LA VILLETTE - 211, AVENUE JEAN JAURÈS - 75935 PARIS CEDEX 19 - PLAN et ACCÈS